Jeudi 29 décembre 2011, en territoire iraqien, à la frontière turque près de la ville de Şırnak, 35 personnes sont mortes dans un bombardement de l'armée turque.

 31cenaze12390

Le gouvernement turc, par la voix du premier ministre Taripp Recep Erdoğan, a déclaré que les victimes ne faisaient pas partie d'une organisation terroriste (comme le PKK) mais étaient des contrebandiers.

 

Le journal pro-kurde "Yeni Ozgur Politika" cite le nom et l'age de toutes les victimes. On y retrouve beaucoup d'adolescent et un enfant de 12 ans.

 

Les informations nationales turques (TRT Haber) justifient l'attaque par les actions de guérilla menées par le PKK dans cette région les mois précédents. Ils accusent aussi le PKK d'utiliser les contrebandiers comme éclaireurs et ainsi connaître les positions surveillées par les drônes turcs.

 

La télévision d'informations national turc, TRT Haber ecrit

"İnsansız hava araçlarının bölgeyi sürekli gözetlediğini bilen terör örgütü PKK, kaçakçı kılığında Türkiye'ye giriş yapıp yapamayacağını test etmek istedi. Bu sebeple kaçakçılar yem amacıyla toplu olarak sınıra gönderildiği iddia edildi."

Traduction:

"le PKK, sachant que des drônes sans pilote surveillent en permanence la région, ont voulu utilser les contrebandiers pour contrôler si le passage était possible ou pas. Pour cette raison, les contrebandiers ont été envoyés en éclaireur"

 

Evrensel, journal indépendant, ecrit.

Du coté kurde, la colère grandit. Leur représentants n'hesitent plus à parler de génocide.

Ahmet Türk, co-président du DTK a déclaré.

"Soykırımdan bahsedenler bu soykırım değilse nedir." Traduction "A ceux qui parlent de génocide, Si ceci n'est pas un génocide qu'est ce que c'est ?"

 

Lors des enterrements, 35 000 personnes se sont rassemblées en hommage aux victimes et pour crier leur colère envers le gouvernement turc. Ils ont scandés "Katil devlet hesap verecek", "Katil Erdoğan" ce qui se traduit "L'état assassin payera la dette, Erdogan [premiere misnitre turc] assassin" ainsi que des slogans favorables au leader kurde Abdullah Öcalan (qui est détenu en prison).

 

 

Carricature d'Evrensel

Journaliste:Monsieur Erdoğan, il y aurai eu des civils bombardés à Şırnak

Erdoğan: Je vais laisser les historiens décider

 

Videos des morts

 

Réaction de Gulistan Kışanak, au parlement Turc, Pas besoin de traduction pour comprendre