Diaporama multimédia

 

_MG_0622_MG_0516

Ce samedi 21 janvier, a eu lieu à Francfort sur le Main un rassemblement politique et culturelle kurde. Le secrétaire général du BDP (Barış ve Demokrasi partisi parti pour la paix et la démocratie, pro-kurde présent en Turquie), Selahattin Demirtaş, fut la vedette de cette événement.

Dans l'entrée, on trouvait des rafraîchissements, un stand restauration mais surtout des livres, de la musique, une agence de voyage proposant des tours au Kurdistan, des journaux... Il y avait aussi un T-Shirt où était inscrit sur trois colonnes des expressions de tous les jours (bonjour, oui, non, ça va...) en Kurmancî, Zazakî (deux langues kurde) et Allemand. Dans la salle principal, pleines, était collé sur les murs les unes du journal Yeni Özgur Politika, co-organisateur.

 

Sur la scène, sur une grande banderole, bien mise en évidence, était affiché le nom et la photos de plusieurs journalistes morts assassinés. On pouvait lire "kalemleri yerde kalmayacak" ceux qui signifie "Leur plumes ne restera pas à terre".

Dans une salle totalement acquis a sa cause, et pleine à craquer, il a peux s'exprimer sur les sujets actuels en Turquie. Dans la salle, on cris des slogans hostiles au gouvernement turc et pro kurde:

- "Faşizt AKP" soit "fasciste AKP". l'AKP (Adalet ve Kalkınma Parti soit parti pour la justice et le développement) est le parti musulman conservateur actuellement au pouvoir en Turquie.

- Libérer Apo. Apo est Abdullah Öcalan, le leader kurde, en prison a Istanbul depuis février 1999. Depuis 6 mois, personne n'a été autorisé a lui rendre visite.

_MG_0541_MG_0564

Plusieurs thèmes sont abordés.

- Les tentatives d'interdiction et les pressions effectuées sur "Roj Tv". La télévision kurde établi au Danemark depuis 2004. Le gouvernement Danois l'avait accusée de collaboration avec l'organisation, dites terroriste, PKK. Le procès n'est pas terminé mais l'opérateur Eutelsat, que l'on dit poussé par le gouvernement français, a pris les devants et souhaite coupé la diffusion de la chaîne.

A noté que Reporter Sans Frontière dénoncent aussi les pressions sur la chaîne kurde. Dans les année 90, Med TV, une chaîne kurde a été interdites en 1999.

La télévision national turque, a lancé en janvier 2009 TRT-6. Ce nouveau canal est en langue kurde. Ceci dis, les gens la décrivent comme "boş", c'est a dire "vide".

- Les mises en garde à vue et arrestations, dénoncées comme arbitraires, qui se multiplient en Turquie. Rien que le 12 janvier, il y aurai eu 101 mises en garde a vue et 11 arrestations. D’après Demirtaş, ces opérations n'ont pas de véritable fondement et n'ont aucun sens.

- On parle du KCK (une branche armée du PKK). Celui-ci serai souvent utilisé comme épouvantail pour justifier les pressions policières auprès de la population turque.

- On parle de décentralisation. Les problèmes locaux peuvent et doivent être résolu par des acteurs locaux, sans passé par le pouvoir central d'Ankara. Ils voudraient plus de pouvoir pour les élus locaux.

 

Il y avait tellement de monde au rassemblement que la police, pour des raisons de sécurités, a décider d'en faire une sortir une parti. Le bâtiment était en effet plein a craquer. A vue d’œil au moins 2500 personnes. Demirtaş a suggérer de se réunir, la prochaine fois, sur une place a l'extérieur plutôt que dans une salle.

_MG_0635001

Par la suite, la manifestation a pu tout de même continuer en musique.

_MG_0653_MG_0598