Diaporama multimédia

  

Dans la capitale espagnol, 6 personnes sont en grèves de la faim pour protester contre la situation dans leur pays mais plus généralement en Europe et dans le monde. À "Puerta del Sol", au coeur du centre historique et touristique de Madrid, à quelques pas de la "Comunidad de Madrid" (Gestion communautaire de Madrid et des ville voisine).

 

_MG_0373
_MG_0380

Jorge (31 jours), Álex (28 jours), Gisela (25 jours), Alex (24 jours), Gisela, et Frank (10 jours) sont là tous les jours, de 11h a 22h, devant les appareils photos des touristes, complètement insensible à leur présence. Tout aussi insensible que les politiques et les grand médias. En effet, aucun politique ne s'est déplacé. Il y a aussi aucune parution dans les principaux quotidiens.

 

Ce ne soint ni des parias, ni des sans-abris, ou des personnes à la marge de la société. Ce sont des "jeunes" éduqués: ingénieurs, diplomés...

Ce vendredi (08/11), Madrid parait bien triste, et ceux-ci malgré un temps magnifique (20°C, grand ciel bleu). Les grévistes de la faim, sont au front, leur pancartes, sont bien visibles. Tout aussi visible que les détritus qui parsèment le sol, ou que les poubelles débordantes. Depuis lundi, les éboueurs sont aussi en grevés en raison de suppression de poste.

Cela ne gène pas le moins du monde les touristes, prenant des photos comme si ne rien n'etait. On imagine que les photos seront soit pas admirer ou nettoyer (merci PhotoShop).

_MG_0488

Jorge, ingénieur en génie civil, 25 ans, le première gréviste de la faim, maintient une page sur Web (en espagnol). Voici ces principales revendications:

  • Une vrai démocratie
  • Contrôle publique des ressources vitales (eau, énergie, alimentation, santé)
  • Justice: Corruption des banques et politique, lobbies.

 

Frank, 22 ans a étudié "investissement et developement", se dit aussi surpris par l'insensibilité des médias et du publique.

La police les embete un peu mais rien de bien méchant: Un matin un fourgon s'etait garé à leur place habituel. Intérrogé un agent réponds que le fourgon est présent pour répondre aux problèmes des touristes. (!).

Le week-end la police ne voulait pas voir de pancartes. Ce Lundi, les pancartes et la police sont là.

Mais les grevistes ne sont pas seul, beaucoup de soutient, beaucoup de signatures sur la pétition, beaucoup de sourires, d'embrassades, de dons (eau, tée, etc...).

Depuis aujourd'hui, on peux aussi se munir (en échange d'un don) d'un tshirt. Un moyen de détourner la censure journalistique. Le Tshirt dis "Jorge, Álex, Alenjendro, Frank, Juana, Gisela, sans manger. Et toi, que fais-tu?".

_MG_9621
_MG_9626
_MG_9600