Diaporama multimédia 

 

_MG_1769 

Samedi 8 octobre 2011, des milliers de kurdes, venus de toutes l'Europe, se sont réunis a Paris pour manifester contre l'oppressions qu'ils subissent. C'est l'anniversaire du 9 octobre 1998 ou le leader kurde Öcalan a été traqué, arrêté et livré aux autorités turques.

 

3000 selon la police, 10 000 selon les organisateurs, des milliers de kurdes ont manifestés de Denfert-Rochereau jusqu'à la Place d'Italie. A Italie, les manifestants se sont réunis devant un podium. Sur scène, de la musique kurde mais aussi des interventions politiques.

Les kurdes se dissent, depuis des dizaines d'années persécutés par l'état turc. Celui-ci dis se défendre contre les organisations terroristes séparatistes dont la plus célèbre le PKK. Depuis 30 ans, le conflit dans la région a fait des milliers de morts de tout bord (civils, militaires et résistants), des milliers de déportés, et des milliers d'exilés.

_MG_1912

 

D'après les médias kurdes, la situation se détériore encore depuis quelques années. Durant le seul mois de septembre, ils ont recensé 776 mis en garde à vue (dont 5 maires, 19 enfants, 2 allemands, 3 journalistes) et 286 arrestations (dont 4 maires, 11 enfants, 75 personne âgées) de personnes "liés" au terroriste. Depuis le début de l'année, on compterai plusieurs milliers de personnes persécutés. De plus, l'HPG (branche armée kurde) annonce régulièrement la mort de combattants tombés sous les bombardements de l'armé Turque en Irak. Cette semaine 21.

 

Le 7 octobre, le BDP (Parti pour la paix et démocratie kurde), en annonçant 14 mis en garde a vue supplémentaires, a declarer "Bizi durdurmaya ne sizin gücünüz ne de basınınızın gücü yeter. Barış dilencisi değiliz, barış direnişçisiyiz. Biz direnişçiyiz, alanlardayız", "Ni votre pouvoir et la force de votre presse ne suffira a nous arrêter. Nous ne somme pas des mendiants de la paix".

Arictle original de Yeni Özgur politika

 

Les force de sécuritées turques profitent des enterrements des combattants pour arrêter les participants. La semaine dernière 120 mis en garde a vue et 56 arrestations lors d'un enterrement.

D'après les manifestants, chaque succès politique du BDP est suivi d'arrestations arbitraires. Certains enfants ont vue leur deux parents arrêtés et vivent désormais seul.

Aux propositions de cessez-le-feu et de reprises des négociations politiques, le gouvernement turc a répondu par un vote au parlement qui confirme la continuation des actions militaires en territoire irakien. Le gouvernement dis se défendre des agressions terroristes. Les négociations sont au point morts.

 

De plus, le leader kurde Öcalan, emprisonné depuis 1998 sur une île prison à Istanbul, a vu ses conditions de détention durcifié. Il subit une l'isolation totale depuis 8 semaines.

Évidemment, la solution n'est pas si simple. D'un coté les médias turcs (comme la chaîne national TRT) accusent régulièrement le PKK d'actes terroristes graves comme l'attentant d'Ankara qui a fait 3 morts et 15 blessés. De l'autre coté les médias kurdes accusent le gouvernement de manipulation et de provocation.

Tous les manifestants soutiennent le PKK. On dénonce l'accord Franco-Turc signé à Ankara cette semaine.  

 

_MG_1869 

Voici les revendications des manifestants:

  • La fin de la répression et la libération de tous les prisonniers politiques, dont Abdullah Öcalan
  • L'arrêt immédiat des opérations militaires de la Turquie et l'Iran
  • La reprise immédiate des négociations pour un règlement politique du conflit

Et plus généralement:

  • Reconnaissance politique
  • Reconnaissance culturelle
  • Une autonomie démocratique
  • Des écoles kurdes publiques
  • La fin de l'assimilation et de la discrimination